Parution : 22 décembre 2018
N° 6 : Personnel

Conseil Municipal du 17 décembre 2018.
Bernard Justet
A Bron Tout Nous Rassemble.
Délibération N° 6 : Personnel

Mesdames, Messieurs,
C’est sous la pression des deux groupes de l’opposition républicaine d’une part et d’autre part à la colère exprimée depuis des années par les habitants lors des visites de quartiers sur les problèmes d’incivilités et d’insécurité, ce fut le cas encore il y a peu lors du Conseil de quartier de Terraillon, que vous créez en fin de mandat 4 postes de policiers municipaux.

17 agents auxquels s’ajoute une professionnelle en charge de la coordination des actions et missions avec la PN et autres acteurs avez-vous dit lors du conseil de quartier de Terraillon. Surprenant !

Surprenant disais-je, car je pense que vous vous souvenez que durant le mandat 2001/2008 nous avions à l’époque en dehors du responsable de la PM et de ses agents, un coordonnateur des actions/missions/relations avec la PN et autres acteurs public-privés dans le champ de la sécurité. Si vous avez recruté sur ce type de poste, en le présentant comme une création, c’est qu’après 2008, il a été supprimé. Si j’ai employé le nous, c’est qu’à l’époque, j’avais en charge cette délégation ! Cela signifie que des économies ont été faites sur la sécurité et sur un poste aux missions stratégiques pour notre commune !
17 agents tout grade confondu, cela se traduit par deux équipages ( 1 le matin et 1 l’après midi, hors absentéisme, du lundi au samedi sur des horaires en journée. Les problématiques, c’est bien connu s’arrêtent à Bron à 20h et reprennent le lundi matin à 6h !
Si la sécurité publique est une compétence régalienne de l’Etat, il est bon de rappeler, que La police municipale est la troisième composante des forces de sécurité intérieure avec la gendarmerie et la police nationale. Elle est placée sous l’autorité du maire et intervient comme il a été dit, au sein des communes pour effectuer des missions très règlementées de prévention, de surveillance du bon ordre, de la tranquillité, de la sécurité et de la salubrité publiques. Comme il a été dit, la police municipale coordonne ses actions avec les autres forces de police et de gendarmerie. Une convention précise ce partenariat et le rôle de chacun en fonction de chaque intervention. Bon nombre de villes de la Métropole et en France face à la montée de la délinquance, face aux évènements terroristes que nous avons connus et venons à nouveau subir, ont fait le choix d’augmenter leurs effectifs pour assurer un service 7/7jours, 24h/24h. Cette permanence, permet par convention et dans la complémentarité avec la police nationale d’assurer une meilleure surveillance du territoire communal et de mener des actions concertées à tous moments. C’est le cas à St Priest, Meyzieu, Rillieux, 3 villes de strates similaires, et Mions…j’arrête la liste.
Nous avons observé dans la délibération qui va suivre sur le rapport d’orientation budgétaire 2019, dans le volet structuration des ressources humaines page 58, que vous ne prévoyez aucune évolution des effectifs et si nouvelles missions, elles se gèreront par redéploiement. Ce qui signifie, que les effectifs de la police municipale resteront à 17 alors qu’une ville de notre strate devrait en avoir pour remplir ses missions 7/7 jours et 24h/24 h un minimum de 25 agents TP. Vous êtes une fois de plus dans la demi-mesure !
Vous avez déclaré aux habitants de Terraillon qui se plaignaient des incivilités au quotidien et de l’insécurité en général en réclamant des moyens, que cela avait un coût avec une incidence sur les impôts. Sauf, Monsieur le Maire, que vous avez fait d’autres choix politiques qui nous amènent dans cette situation dont vous êtes politiquement comptable. Nous aurons l’opportunité d’y revenir dans la délibération sur le rapport d’orientation budgétaire !
La tranquillité publique permet le vivre ensemble, elle permet aussi aux commerces de proximité de fonctionner sereinement, elle permet enfin aux habitants de vaquer à leurs occupations et à leurs loisirs à tous moments à toutes heures et en tous lieux dans la plus grande quiétude. Ce n’est plus tout à fait le cas à Bron et nous avons bien compris que sous votre mandat qui se termine ça n’a pas été votre priorité.
Nous, c’était dans notre programme, chiffré, nous avions demandé plusieurs fois un débat sur ce sujet dès le début de ce mandat mais sans réponse à ce jour.
L’absence de volonté politique dans lutte contre l’insécurité, se traduit par un mandat raté dans ce domaine ou tout reste à faire sur cette ville. Pas besoin de clarine, cela va vous tintinnabuler aux oreilles tout le long de la campagne électorale de 2020.

- Dans la rubrique : Nos Élus/ les conseils Municipaux/ Conseil du 17 décembre 2018
Bernard JUSTET
Parution : 10 avril 2019
Parution : 10 avril 2019
Parution : 10 avril 2019
Parution : 10 avril 2019
Parution : 10 avril 2019
Parution : 9 avril 2019
Parution : 8 mars 2019
Parution : 17 février 2019
Parution : 5 février 2019
Parution : 1er février 2019
| © À BRON TOUT NOUS RASSEMBLE 2014 | Fait avec : SPIP|

| Courriel au Secrétariat | RSS RSS | Plan du site |